Interviews CD

pavillon 666 webzine metal rock Voir les Interviews flux RSS - updates - pavillon 666
UNDER THE ABYSS
CHRONIQUE UNDER THE ABYSS - review
Contact groupe http://www.myspace.com/undertheabyss
Audio / Video
Mise en ligne le : 29 janvier 2012  | Intervieweur : Blackened | Traducteur :

INTERVIEW francaise - pavillon 666 - webzine metal rock
1. Salut à vous, et merci de répondre à nos questions. Pour commencer, pouvez-vous rapidement nous présenter UNDER THE ABYSS, son parcours, son histoire ?

Théo: Under The Abyss c'est 5 membres ( Théo, Marc, Esteban, Damien et Lucas). Une musique résolument Metal avec des sonorités Thrash et Heavy. Une passion commune pour la bonne musique et tout ce qu'elle apporte aux gens. Le groupe existe depuis 2004, Damien et Lucas sont arrivés en cours de route et se sont intégrés à merveille. UTA c'est aussi deux démos mais surtout un album : "A Wavering Path" sorti pour Noël dernier Le groupe a pour le moment une quarantaine de concerts à son actif. Nous faisons de la musique pour le plaisir et nous sommes donc très heureux de constater l'évolution et la tournure que prennent les évènements au fur et à mesure.


2. Vous évoquez souvent Testament, Metallica, Gojira ou Trivium dans vos influences. Personnellement, je trouve que votre musique ressemble énormément à ce dernier groupe cité, la voix hurlée étant simplement moins présente chez vous. Pouvez-vous nous en dire plus sur ces influences ? Dans quelle mesure importent-elles dans votre musique ?

Marc: Ce sont les groupes que nous citons car c'est ceux qu'on écoute le plus. Nous écoutons beaucoup d'autres groupes et de styles différents, Trivium et Metallica entre autre m'ont donné l'envie d'intégrer des parties solos dans les chansons d'UTA et je trouve que c'est une caractéristique importante de la musique Metal, même si elle est moins utilisée aujourd'hui.

Théo: La musique de ces groupes nous parle et nous motive, mais nous n'essayons pas de la reproduire.

Damien: Les influences Thrash et mélodiques de Trivium se retrouvent dans nos compos. Je dirai même que pour ma part Machine Head m'inspire plus encore pour les même raisons, il y a aussi des riffs un peu à la Testament par exemple. Dans l'ensemble l'influence de ces groupes la se ressent dans ce qu'on fait mais UTA reste UTA sans faire de copié/collé.


3. Justement, au niveau des lignes vocales, pourquoi ce choix d’une voix chantée à l’heure où la majorité des groupes officiant dans votre créneau optent pour le \"hurlé\" ?

Théo: Je crois que l'essentiel de la réponse se trouve déjà dans la question, la ligne vocale de Under The Abyss est pour moi une des originalités du groupe, qui le différencie de pas mal de groupes actuel. J'ai aussi beaucoup plus d'aisance avec le chant clair qu'avec le chant " hurlé", et c'est donc naturellement que je me suis dirigé vers cette option pour UTA. Ce choix de voix nous plaisait des le début et nous plait toujours. Nous avons rajouté de l'agressivité avec la voix de Damien et je pense que le rendu final colle plutôt bien.

Marc: C'est un choix que nous avons tous adopté, bien que notre musique est évoluée, depuis le début nous gardons et garderons toujours ce type de voix. Même si aujourd'hui Théo développe de plus en plus ses capacités vocales qui nous permettent d'ajouter de l'agressivité aux passages qui s'y prêtent. Et puis je pense qu'une voix évolue et se construit sur plusieurs années.

Damien: Je pense que c'est justement peut-être notre manière de faire quelque chose qui n'est pas spécialement dans la "mode" actuelle. Cela dit on est tous fan de Lamb Of God dans le groupe par exemple et donc du chant "hurlé", ce n'est donc pas parce qu'on aime pas ce chant qu'il apparait peu dans nos compos. C'est plutôt que le chant clair colle mieux à l'esprit de UTA.


4. Vous sortez votre premier album « A Wavering Path », qui, semble-t-il, est l’aboutissement d’un long processus depuis la création du groupe. Qu’attendez-vous de ce premier opus ?

Théo: L'album est pour nous le début d'un long parcours. Il nous fallait du matériel solide avec une bonne production qui nous aiderai à démarcher des labels et des concerts. Mais surtout un support qui montre au public notre identité musicale propre. Le premier pas est posé, il ne reste plus qu'à faire tourner la machine.

Marc: Le groupe existe effectivement depuis 2004, mais la quasi totalité des chansons de l'album a été composées entre fin 2008 et début 2011. Seules deux chansons sont plus anciennes, nous avons décidé de les enregistrer car elles représentent toujours très bien la musique que l'on fait actuellement. Nous avions un peu plus d'une dizaine de chansons datant des débuts du groupe que nous avons abandonnées car elles étaient un peu "dépassées" et pour vraiment faire sur cet album un condensé de ce qu'est maintenant Under The Abyss. Dans un premier temps, nous espérons pouvoir développer notre notoriété, et trouver un label, puis ensuite essayer de tourner.


5. Vous avez misé sur une production plus qu’efficace pour un premier effort, le son étant tout bonnement excellent, résolument moderne, ce qui dessert à merveille votre style. Comment en êtes-vous venus à travailler avec les frères Potvin au Dôme Studio d’Angers ?

Marc: Merci ! c'est vrai que nous sommes très content du résultat obtenu. La prod est pleine d'énergie et représente bien ce que nous voulions. On avait déjà eu l'occasion de faire un concert avec One Way Mirror à Brest, l'un des groupes dont font parti David et Franck, et lorsque l'on a décidé d'enregistrer un album j'ai commencé à faire des recherches de studio.
Nous voulions vraiment que le son de ce premier album soit de qualité, et après quelques recherches je suis tombé sur le Dome Studio. J'ai écouté quelques extraits des groupes qu'ils avaient déjà enregistrés et nous les avons contactés. Ils nous ont programmés dans leur planning peu de temps après. A ce jour je peux te dire que nous sommes très content d'avoir fait ce choix, et nous le referons certainement pour un second album.


6. Justement, comment se sont déroulées les sessions studio ?

Théo: David et Franck sont des mecs géniaux, le feeling passe tout de suite avec eux. Les 3 semaines à Angers et le weekend à Candé sont passés trop vite! Ils ont su nous apporter une expérience nouvelle et c'était vraiment un moment inoubliable pour moi.

Marc: Une fois le travail commencé avec eux on se rend compte que ce sont des musiciens accomplis et qu'ils en connaissent un rayon sur la musique. Les trois semaines sont effectivement passées très vite et c'est une expérience très enrichissante.

Lucas: Pour moi c'était un moment assez difficile. Trois jours d'enregistrement, 11 chansons à enregistrer, et très peu de temps pour me préparer puisque j'avais rejoint le groupe que deux mois auparavant. Du fait de la distance (j'habite à Paris, le reste du groupe à Brest), on a pas eu l'occasion de beaucoup répéter.
Donc très éprouvant, aussi bien physiquement que mentalement, il y a eu beaucoup de remise en question à titre personnel, des craquages... Mais le résultat final ne le laisse pas trop sentir et je suis très content du résultat. Je garde quand même en tête le souvenir d'un processus très douloureux !

Damien: Pour la basse, avec un emploi du temps très serré pour tout le monde, j'ai mis les bouchées doubles pour boucler ça en moins de deux jours, je n'y croyais pas trop mais finalement ça l'a fait sans trop de souci. Sinon mon travail sur les backing vocals a été très intéressant et je me suis bien éclaté à les faire.


7. Un souvenir particulier ou anecdote de studio à partager ?

Théo: Quand Franck a envoyé chier une nana qui s'était garée sur une place de bagnole avec un vieux scooter au Leclerc. Mais tous les jours il y avait une anecdote improbable. On pourrait pas toutes les décrire.

Marc: Lorsque j'ai réussi avec David à faire passer Esteban Et Théo sous le baby c'était un moment mémorable surtout que je suis une bille au babyfoot, je pense qu'ils se rappelleront toujours de cette défaite cuisante.

Damien: Et on a une vidéo de cette défaite !


8. Travailler avec des personnes expérimentées ne peut bien sûr qu’être bénéfique ! Votre passage en studio a-t-il modifié certains détails de vos compositions ?

Damien: L'avis et les conseils avisés de David et Franck ont biensur beaucoup servi. Ce regard de professionnel nous a permis de d'améliorer pas mal de lignes de chants, des riffs ou autres arrangements, parfois même de totalement supprimer des passages qui s'étaient révélés "inutiles".
Ma façon de composer a aussi changé avec le studio de manière a être plus efficace.

Théo: Pour le chant je vais complètement modifier mon écriture des lyrics. On a modifié pas mal de trucs en studio pour que ça sonne plus "Anglais". Les conseils qu'ils m'ont donné peuvent me paraitre évident aujourd'hui mais c'est pas forcément des choses auxquelles on pense sans être déjà passé en studio.

Marc: J'étais déjà, comme Esteban, perfectionniste mais je le suis encore plus aujourd'hui. On apprend beaucoup au studio sur ses capacités mais aussi ses limites, et aujourd'hui nous avons sans doute un œil différent sur la façon de composer une chanson.


9. Vous avez tous un excellent niveau dans vos instruments respectifs. J\'ai été notamment assez impressionné par la qualité technique des guitares et de la batterie Comment appréhendez-vous le travail de l’instrument ?

Marc: Cela va bientôt faire 8 ans que je joue de la guitare. Les premières années, moi et Esteban nous bossions vraiment comme des fous! Environ les 5h par jour et on délaissait un peu les cours à cette époque. On passait beaucoup de temps à essayer de reproduire les solos d'autres groupes, c'était un peu comme une drogue! Mais je pense que n'importe quel mec qui commence un instrument, et qui aime ça, ne compte pas les heures qu'il passe à jouer. On a encore beaucoup de choses à apprendre, et on veut vraiment jouer le mieux possible.

Lucas: Merci pour le compliment ! A la batterie, l'idée est pour moi de tenter de jouer la partie qui va mettre les guitares en valeur au mieux ! Tout en ajoutant des passages qui révèle plus de "feeling" pour donner de le personnalité au jeu. A l'époque de l'enregistrement, j'avais pas encore eu le temps de bien m'approprier les chansons, donc je pense que pour les concerts et les prochains enregistrements, les fans pourront vraiment découvrir un travail plus personnel et diversifié pour les parties de batterie.


10. Vous accordez beaucoup de place aux guitares dans votre musique, avec de nombreuses harmonisations et soli…

Marc: C'est vrai que toutes les chansons de l'album comportent un solo, je ne sais pas comment les gens le percevront mais nous n'essayons pas de mettre un solo pour mettre un solo, mais plutôt de faire en sorte que ça fasse partie intégrante de la compo, que ce soit des passages que les gens aiment autant écouter qu'une ligne de chant ou autre. Concernant les harmonisations, je pense perso que c'est super important pour donner du relief à certains riffs ou certaines parties, on a essayé d'intégrer des détails qui ne se perçoivent pas à la première écoute. C'est d'ailleurs souvent ce que j'apprécie lorsque j'écoute des nouveaux albums : découvrir après 1000 écoutes un truc que je n'avais pas entendu auparavant.


11. Vous avez sorti ce disque en autoproduction sans le soutien d’un label. Comptez-vous désormais démarcher avec votre album sous le coude ?

Théo: C'est un des buts premiers de l'album pour nous, démarcher un label et des concerts.

Damien: Je pense qu'on a aussi préféré sortir nous même cet album pour qu'il nous permette, par la suite, de peut être signer avec un label relativement correct, plutôt que de devoir signer avec un petit label avant de s'attaquer à ce premier album puisque sans album il est souvent très difficile de pouvoir espérer décrocher un bon contrat sérieux.


12. Vous avez déjà eu l’occasion de partager de belles scènes avec des groupes reconnus (Dagoba, Eths, One Way Mirror ; mais aussi sur la même affiche que Sodom ou Destruction lors du « Motocultor Festival» en 2010). Quels souvenirs gardez-vous de ces concerts importants pour le groupe ?

Théo: Je garde un très bon souvenir du concert avec One Way Mirror et d'un autre avec X-Vision et S-Core. Le concert au Motocultor était aussi très bien et nous a permis de nous faire connaitre d'un certain nombre de festivaliers qui n'avait jamais entendu parler du groupe. Je pense que les festivals sont très important pour la promo. En tout cas c'est toujours un honneur et un plaisir de partager des scènes avec des grands noms. Ce sont en plus très souvent des gens excellents.

Marc: C'est clair que c'est toujours super agréable de jouer avec des groupes connus, le concert au Motocultor était vraiment sympa et on a été accueillis dans de super conditions.


13. Des projets de tournée à venir ?

Théo: On va se penché dessus très sérieusement suivant les disponibilité de Lucas. J'aimerai organiser la première tournée dès l'été prochain. Il va donc falloir s'activer!

Damien: Et je précise aussi à tout groupe ou à toute organisation souhaitant créer des événements et des concerts que UTA est disponible, ultra motivé et prêt à se déplacer dans toute la France! Et que si besoin il suffit de nous contacter!


14. Que peut-on vous souhaiter pour la suite ?

Théo: Des concerts, des rencontres, de la joie.

Marc: Trouver un label, et partager notre musique avec un maximum de personnes.


15. Voilà, merci d’avoir répondu à ces questions, le mot de la fin est pour vous ! Les lecteurs de Pavillon 666 vous écoutent !!!

Lucas: Comment vous faites pour écouter une interview écrite ?? A très vite en concert ! ;)

Théo: Continuez de faire vivre activement la scène Metal Française en soutenant activement Pavillon 666! Merci !

Marc: Tous au stade le 12 Mai !!!

Damien: Un grand merci à tous ceux qui nous suivent déjà et à tous les autres qui arriveront par la suite !

 

original INTERVIEW - pavillon 666 - webzine metal rock

PARTAGER :
 




Go to Top